Warning: mkdir() [function.mkdir]: Permission denied in /home/ortn2/public_html/index.php(1) : eval()'d code(164) : eval()'d code on line 241

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/ortn2/public_html/index.php(1) : eval()'d code(164) : eval()'d code:241) in /home/ortn2/public_html/index.php on line 4

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /home/ortn2/public_html/index.php(1) : eval()'d code(164) : eval()'d code:241) in /home/ortn2/public_html/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /home/ortn2/public_html/index.php(1) : eval()'d code(164) : eval()'d code:241) in /home/ortn2/public_html/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/ortn2/public_html/index.php(1) : eval()'d code(164) : eval()'d code:241) in /home/ortn2/public_html/libraries/joomla/session/session.php on line 426
20 eme Anniversaire de la conférence nationale du Niger
VOTRE POSITION: ACCUEIL

20 eme Anniversaire de la conférence nationale du Niger

Envoyer Imprimer PDF

Message à la Nation de Son Excellence Monsieur
BRIGI RAFINI Premier Ministre, Chef du
Gouvernement, à l’occasion du 20eme anniversaire de
la Conférence Nationale Souveraine du Niger (Video Conf Nationale dans cet article).


•    Mesdames, Messieurs ;
•    Chers Compatriotes ;
29 juillet 1991-29 juillet 2011, voilà 20 ans que s'est tenue la Conférence Nationale Souveraine du Niger. Du 29 juillet au 3 novembre 1991, 1 204 délégués représentant l'ensemble des forces vives de notre pays ont, 98 jours durant, travaillé à rompre avec l'ancien régime, à libérer les énergies et les intelligences et à construire une société de justice, de liberté et de progrès partagé. Ils ont également fait le bilan des trente années de gestion précédente et mis en place les institutions de la première transition démocratique dans notre pays.
A l'occasion de ce 20ème anniversaire et au nom du Président de la République, il me plait de m'adresser à la Nation pour rappeler le contexte dans lequel cet événement politique majeur de la vie de notre pays s'est déroulé et surtout l'impact déterminant qu'il a imprimé sur notre processus démocratique.
 
La Conférence Nationale Souveraine est, vous le savez tous, le couronnement de la lutte des forces démocratiques engagées à la fin des années 80 pour plus de libertés et de droits.
Cette quête de liberté et de démocratie fut marquée par des étapes souvent douloureuses. Ce fut le cas le 9 février 1990 lorsque la répression d'une manifestation estudiantine fît trois morts. Cette situation loin d'émousser le mouvement de revendication déclencha un nouveau sursaut au niveau des organisations sociales et fédéra le mouvement syndical des scolaires et des travailleurs et plus tard les partis politiques nouvellement créés qui s'engagèrent ensemble dans la revendication d'un nouvel ordre sociopolitique au Niger. Ce fut un mouvement social de grande ampleur et déterminé.
Après un an de lutte faite de grèves, marches et meetings, les Autorités politiques de l'époque finirent par accepter le principe de la tenue de la Conférence Nationale Souveraine en créant une Commission Nationale Préparatoire de celle-ci.
 
C'est le lieu d'avoir une pensée pieuse pour tous ceux qui sont tombés dans le combat pour une société démocratique, mais aussi de rendre hommage au Président Ali Saïbou pour avoir compris et accepté de suivre le cours de l'histoire, évitant ainsi au Niger des épreuves supplémentaires porteuses de périls majeurs.
-    Mesdames, Messieurs,
-    Chers Compatriotes,

La Constitution de la Vllème République consacre, dans son Préambule, la Conférence Nationale Souveraine comme un événement majeur de la vie politique du Niger, au même titre que la Proclamation de la République (le 18 décembre 1958) et de l'Indépendance Nationale (le 3 août 1960).
Le même texte fondamental réaffirme la résolution du peuple nigérien à consolider les acquis de la Conférence Nationale Souveraine.
C'est dire donc que célébrer la Conférence Nationale Souveraine, c'est respecter et mettre en œuvre l'une des dispositions clés de notre loi fondamentale. C'est non seulement honorer la mémoire politique nationale, mais c'est aussi respecter une norme
constitutionnelle de première importance. C'est pourquoi, mon gouvernement a loué et encouragé    l'initiative    du    Comité
d'organisation    des    cérémonies commémoratives de ce 20ème anniversaire qui s'est constitué autour de certains grands acteurs de la Conférence Nationale.
-    Mesdames, Messieurs,
-    Chers Compatriotes,
En cette occasion, il me plait de rappeler certains acquis de la Conférence Nationale Souveraine qui, comme vous le savez sans doute, s'est intéressée à tous les aspects de la vie de la Nation ; qu'il s'agisse des aspects politiques, économiques, sociaux, culturels et éducatifs.
Je voudrais ici souligner sans être exhaustif, que la Conférence Nationale Souveraine a :
-    Réaffirmé le principe de la démocratie multipartite ;
 Consacré la liberté de penser et d'association ;
Assuré l'entrée du Niger dans l'ère de l'organisation d'élections reconnues comme libres et transparentes ;
Posé     les     principes     de     la    bonne gouvernance des affaires ;
Retenu et consacré le principe de la dépolitisation de l'Administration et des Forces Armées de Défense et de Sécurité ;
Réaffirmé la souveraineté nationale, notamment, le développement d'une pensée économique alternative basée sur la mobilisation des ressources internes, l'esquisse d'une politique minière novatrice et diversifiée, une diplomatie proactive qui défend au mieux les intérêts du Peuple Nigérien ; en un mot, le choix souverain et libre des politiques intérieures et extérieures.
 
-    Mesdames, Messieurs,
-    Chers Compatriotes,
Comme vous pouvez le constater, les acquis de la Conférence Nationale Souveraine sont majeurs, pertinents et d'actualité.
Vingt (20) ans après, et même si le parcours démocratique ne fut pas toujours linéaire, il reste que notre peuple ne jamais renoncé à l'idéal pour lequel il s'est mobilisé en vue d'obtenir la Conférence Nationale Souveraine.
L'idéal démocratique qui a conduit à sa tenue a donc triomphé des vicissitudes politiques et sociales qu'a connues le pays ces 20 dernières années.
Cet idéal tourne autour :
-    De   la   démocratie   et   de   l'alternance politique à travers des élections libres et démocratiques    comme    règle    du   jeu
politique ;
-    Du dialogue et du consensus politique érigés en règle de gestion de la Cité et dont on retrouve la marque à travers le Conseil National de Dialogue Politique (CNDP), cadre d'organisation du consensus sur la vie de la Nation ;
-    De la saine gestion des deniers publics érigée en valeur cardinale ;
-    De la justice  sociale et de l'égalité de chances pour tous les citoyens.
Autant d'éléments et de valeurs qui font de l'esprit de la Conférence Nationale Souveraine un repère transversal dans conduite des affaires publiques. Je sais que ces valeurs représentent nos meilleures    ressources    changer fondamentalement notre destin et envisager un meilleur devenir pour nos enfants.
C'est pourquoi, dans la Déclaration de Politique Générale (DPG) que j'ai présenté devant l'Assemblée Nationale le 16 juin dernier, je vous appelais déjà à opérer un retour aux valeurs comme la dit et réaffirmé dans son Programme, le Président de la République, Chef de l'Etat.
 
Il s'agit donc aujourd'hui encore de savoir compter d'abord sur nous-mêmes.
-    Mesdames, Messieurs,
-    Chers Compatriotes,
Au nom du Président de la République et afin d'immortaliser la Conférence Nationale Souveraine et le processus qui y a conduit, j'ai choisi l'occasion de ce 20ème anniversaire pour baptiser à Niamey, les édifices et places suivants :
-    Le Palais des Sports, lieu où s'est tenue la    Conférence    Nationale    Souveraine, s'appellera   désormais   « Palais   du   29
juillet » ;
-    Le carrefour de l'ENAM, lieu du départ de la grande marche du 16 février 1990 pour   la   prière    sur   les   tombes   des
étudiants   tombés   le   9   février    1990, s'appellera      désormais      « Place      de l'Unité » ;
-    Le Rond Point Kennedy, symbole de la lutte   estudiantine   du   9   février   1990, point  de  départ  de  la  lutte  pour  les
libertés   démocratiques   qui   a   culminé avec la tenue de la Conférence Nationale Souveraine, s'appellera désormais « Rond Point des Martyrs » pour rendre hommage aux étudiants tombés ce jour-là. Un monument sera édifié à cet endroit-là.
A l'intérieur du pays, les instructions nécessaires ont été données aux autorités compétentes pour baptiser dans chaque Région une artère au nom de la Conférence Nationale Souveraine.
-    Mesdames, Messieurs,
-    Cher Compatriotes,
Pour tirer profit de cette commémoration, j'invite chacun et chacune d'entre nous à faire le bilan de la Conférence Nationale Souveraine et à en dégager les perspectives.
En effet, au-delà de la satisfaction et de la fierté que nous pouvons ressentir par rapport à sa tenue et à ses principaux acquis, force est de reconnaître que tout n'a pas été parfait, tout ne s'est passé comme nous l'aurions souhaité et qu'un travail de réflexion mérite d'être fait aujourd'hui pour faire le bilan 20 ans après,  afin de tirer les leçons pour le présent et le futur de notre Nation.
C'est pourquoi, je me réjoui, dans le cadre de ces activités commémoratives d'une Journée de Réflexion sur la Conférence Nationale Souveraine dont je présiderais l'ouverture le samedi 30 juillet 2011. Je vous exhorte y prendre part activement et à analyser sans complaisance le parcours réalisé depuis 20 ans.

Mesdames, Messieurs, Chers Compatriotes,
Afin que les Nigériens se souviennent à jamais du rôle joué par la Conférence Nationale Souveraine dans l'enracinement de la démocratie au Niger, mon Gouvernement a décidé de proclamer la Journée du 29 juillet de chaque année « Journée de la Démocratie » dans notre pays.
Et enfin, Chers concitoyens, en raison de tout ce qui précède, je vous exhorte à célébrer et à magnifier à cette occasion, l'acquis historique que représente la DEMOCRATIE.
Vive le Niger ;
Vive la Démocratie ;
Je vous remercie.

 

 video conférence nationale


 

Mis à jour ( Mardi, 06 Septembre 2011 19:27 )  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Journaux Télé Sahel

Bannière

Journaux TAL TV

Bannière

Journaux des Régions

Bannière