VOTRE POSITION: ACCUEIL

Résiliation du Contrat Barrage de Kandadji

Envoyer Imprimer PDF

Quelques jours après la réalisation du contrat de construction du barrage de kandadji, une mission de la presse nationale s’est rendue sur le site pour contacter l’évolution des travaux avant cette décision du gouvernement.

Le constat est implacable : L’entreprise russe « ZVS » n’a pas du tout évoluée, deux ans après le début des travaux. D’où la décision du gouvernement est justifiée.

Il y’a environ 25mois, à travers un contrat de construction du barrage de kandadji, d’un montant de 85 milliards de francs CFA, l’Etat du Niger engageait l’entreprise russe (ZVS) à exécuter les travaux dans un délai de 57 mois.

Au paravent, pour s’assurer que les travaux peuvent s’effectuer sans aucun blocage, l’Etat et ses partenaires ont tenu à résoudre toutes les question pouvant engendrer des problèmes. C’est ainsi que la population habitant sur le site retenu pour la construction du barrage et des aménagements hydro-agricole (notamment celle d’un village appelé « Sanguillé » a bénéficié d’un ambitieux programme de relogement.

L’opération qualifiée de « déplacement involontaire » est une réussite incontestable. Quant aux villageois (désormais nantis) coulent des jours heureux sur le nouveau site de « Sanguillé »

Cerise sur le gateau : le village de sanguillé (ainsi reconstitué) est doté d’école, de dispensaire, de mosquée, de magasin et d’adduction d’eau potable.

Et pendant tout ce temps, les travaux de construction du barrage n’ont fait que taguer. 

Aujourd’hui, c’est ce contact amer d’immobilisme qui se dégage : au lieu d’avoisiner les 35% en ce mois d’août (comme l’indique la  courbe bleue des prévisions sur ce tableau), l’évolution s’avère quasi-linéaire, ne trouant qu’autour de  6% (tel que la matérialise la courbe rouge).

Plus concrètement, tout ce qui est visible sur le terrain est une centrale à béton (dont l’installation est encore inachevée) et une coconneuse provisoire. Le constat est encore plus fâcheux au niveau de la base, devant abriter tout le personnel national et expatrié : sur 87 bâtiments prévus, un seul a été entamé et lui-même demeure à l’étape de fondation.

C’est donc fort de ce constat et suite à plusieurs visites de haut niveau (ponctuées d’avertissement) que le gouvernement de la 7ème République a décidé de résilier le contrat liant l’Etat du Niger à ZVS).

Pourtant, à la différence des russes de ZVS, la compagnie chinoise « CGC » (ayant bénéficié de l’autre volet des travaux, notamment ceux de la construction des aménagements hydro-agricole, elle a respecté son contrat).

Ce périmètre sera mis en valeur dès novembre, indépendamment du barrage grâce à deux stations de pompage. Celle construite en avant dispose de 4 pompes pouvant propulser 620l d’eau par seconde ; et celle-ci en avant (avec 3 pompes) irrigant à hauteur de 357 l/seconde. Ce périmètre (et bien d’autres en perspectives) viennent consolider les riverains et même tout les nigériens. Mais le rêve ne s’arrête pas là. Le vieux rêve du barrage de kandadji est plus que jamais vivace ; car le processus se poursuit ; les autorités de la 7 ème République s’investissent pleinement pour cela.

Le bout du tunnel n’est plus trop loin ; et la prochaine entreprise n’aura plus droit à l’erreur !!!

   Doc : Moussa Yahaya

Mis à jour ( Lundi, 05 Août 2013 10:07 )  

Journaux Télé Sahel

Bannière

Journaux TAL TV

Bannière

Journaux des Régions

Bannière